Blood Stain Child – Mozaiq

Death métal mélodique teinté de J-Pop
2007

A entendre Blood Stain Child, plusieurs noms de la scène métal nous viennent directement à l’esprit : Soilwork, InFlames ou encore Violent Work of Art. A un petit détail près : ils viennent du Japon. Voilà où se trouve toute la différence.

Dès la première chanson, on aurait en effet tendance à se ruer sur Wikipédia pour voir s’il ne s’agit pas d’un side-project d’un chanteur des groupes précédemment cités. Le chant comme les riffs ressemblent fortement à cette vague de death mélodique venue des pays nordiques, et malgré l’aspect brouillon de la pochette ça sonne plutôt bien. Exotic 6 Coordinator nous offre des bruits voix robotisés suivis de gros riffs parsemé de chants death, de passages très mélodieux et de nappes de synthé, et bien entendu un solo. Une bonne décharge d’énergie dès l’ouverture de l’album donc.

Mais c’est à partir du titre Freedom que la patte Blood Stain Child commence à s’affirmer : Une véritable boucle techno vient soutenir une rythmique métal, incluant des samples de J-Pop. Ces derniers, déformés et parfaitement insérés entre les passages violents, apportent une vraie touche d’originalité à ce genre de chansons entendu des dizaines de fois pour l’amateur de métal moyen. Cette modification de voix n’est par ailleurs pas toujours du meilleur effet comme le montre Pitch Black Room ou Energy Blast où la voix masculine apparait par moment assez caricaturale, comme s’il chantait du nez. Cette touche techno se retrouve sur Another Dimension avec en arrière-plan d’une mélodie métal une répétition de bips électroniques qui débouchent sur un pont avec un dramatique piano suivi d’un solo de guitare excellent.

Blood Stain Child continue à affirmer sa griffe sur les bombes aussi audacieuses qu’originales comme Metropolice où l’on retrouve du chant féminin mais également de la flûte de pan oscillant ainsi entre douces accalmies et passages brutaux, un single vraiment épique en somme. Neo-Gothic Romance propose lui aussi une douce voix asiatique et un refrain mélodieux vraiment réussi malgré le voccoder. Sur C.E. 0079 le groupe atteint sans doute ses limites avec un union électro/métal au rendu plutôt saturé, heureusement un court interlude avec un sample de violon vient à la rescousse de l’auditeur qui étouffe sous cette cacophonie de basses beaucoup trop nombreuses.

Les Blood Stain Child en sont déjà à leur quatrième album, et force est de constater qu’ils commencent à maîtriser l’association entre métal et musique électronique et bon nombre de leurs riffs sont à la fois rapide, mélodieux et puissants. Cependant leur son est encore trop proche des groupes suédois comme In Flames ou Soilwork, et l’usage de la double voix chant death/vocodder laisse souvent à désirer.

__Tracklist

1. Exotic-6-cordinator
2. Cyber Green
3. FREEDOM
4. ENERGY BLAST
5. Pitch Black Room
6. Another Dimension
7. METROPOLICE
8. C.E. 0079
9. INNOCENCE
10.Peacemaker
11.Neo-Gothic Romance
12.Ez Do Dance (TRF cover)

7.0

Etiquettes

A propos de l'auteur

Jérôme

Diplômé en journalisme, je fais des interviews de groupe depuis 2005 sur mon propre webzine, Hell Hina.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *