Broken Mirrors – Seven Years


Death mélodique submergé de clavier
2009

Après une démo déjà convaincante, les Broken-Mirrors de la région Rhône-Alpes ont sorti depuis plusieurs mois maintenant leur premier album. On démarre avec Beyond the Mirrors, intro ténébreuse où résonnent trompettes et notes de grattes électriques. Ça s’annonce épique !

Et la grosse claque arrive tout de suite après sur The Dead Names : quelques notes de clavier appuient de gros riffs bien incisifs. Le morceau varie très fortement et nous emporte dans un maelström de nappes de clavier et de guitares mélodiques où le chant se veut death. Enjoy Cocaine et Shotgun Symphony, titres déjà présents sur la démo de 2007 du groupe, maintiennent toujours la violence et l’agressivité et surprend par des ponts impressionnants où le synthé (et sa palette de sons assez large) et les guitares tantôt jouent en coeur, tantôt se répondent.

Les chansons proposent tantôt du clavecin (Shotgun Symphony), tantôt sur des sonorités d’orgues (Shadows Embrace) et part parfois dans de longs solos comme sur Releasing Earth où le riff principal ressemble beaucoup à celui de The Dead Names. Il faut malheureusement peu de temps avant de se rendre compte que les titres sont fort similaires de par leur structure : l’union clavier/guitare, le pont dédié aux solos et le chant ne proposant rien d’exceptionnel. La frénésie des riffs quasi non-stop, hormis pour l’intro et l’outro qui pouvaient donner l’impression de partir sur le concept des miroirs mais qui au final s’avèrent décevantes. Le niveau technique semble bien là, mais il manque de la variété, de l’originalité, du concept (on passe du miroir cassé à la drogue puis à la guerre) et, étant donné que X-Japan fait partie des influences de Broken Mirrors, plus d’émotions.

1. Beyond the Mirrors
2. The Dead Names
3. Enjoy Cocaïne
4. Shotgun Symphony
5. Rage’N Revenge
6. Shadows Embrace
7. Releasing Earth
8. For the Love of War
9. Seven Years…
10….Bad Luck

6.5

Etiquettes

A propos de l'auteur

Jérôme

Diplômé en journalisme, je fais des interviews de groupe depuis 2005 sur mon propre webzine, Hell Hina.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *